Bien-être : un mot clé de la réussite

Bien-être : un mot clé de la réussite

File 7656 Inscrivez-vous maintenant

Le bien-être des élèves est, à n’en pas douter, une priorité de nos écoles. Mais qu’en est-il du bien-être des enseignants? Du personnel de soutien? De la direction et des administrateurs?

L’irruption de l’anxiété, de l’intimidation et des problèmes de comportement chez les élèves coïncide avec une intensification du stress et de l’épuisement émotionnel chez les enseignants. L’absentéisme augmente, tout comme le nombre de maladies causées par la tension. Élèves et enseignants passent ensemble sept heures par jour, cinq jours par semaine. Leurs relations et, de fait, toute la culture scolaire, ne sauraient être saines si eux ne sont pas en santé.

De plus en plus, les enseignants doivent non seulement avoir des connaissances leur permettant de déceler les signes de stress et d’anxiété chez les élèves, MAIS AUSSI prendre les mesures nécessaires pour assurer leur propre santé mentale et leur bien-être dans la salle de classe. Si nous en savons plus que jamais sur les difficultés associées à une mauvaise santé mentale, nous connaissons mal les solutions. Le symposium Bien-être : un mot clé de la réussite est l’occasion de voir divers éducateurs présenter des programmes et des partenariats qui ont fait leurs preuves, à l’échelle des écoles et des communautés un peu partout au Canada, et d’acquérir ainsi des stratégies d’adaptation et de soutien pour les élèves ET les enseignants. 

En étudiant cette question cruciale au carrefour des secteurs de la santé et de l’éducation, le symposium continue notre tradition longue de 125 ans de promotion du dialogue entre les différents secteurs dans l’intérêt de tous. De grands spécialistes montreront, statistiques à l’appui, à quel point le stress et l’anxiété influent sur l’apprentissage. Ils mettront en évidence des facteurs propres au milieu de travail qui peuvent protéger la santé mentale et le bien-être des élèves et des enseignants. Dans la lignée de notre symposium Écoles autochtones 1res! de 2016, nous prêterons une attention particulière au besoin urgent de fortifier le bien-être des élèves et des enseignants autochtones ainsi que les liens entre les pratiques autochtones et les pratiques non autochtones qui créent des écoles en meilleure santé. 

Il ne faut plus se contenter de traiter les symptômes, mais songer à cultiver le bien‑être dans toute l’école. Le problème nous concerne tous.

1. Nous lançons un appel pour obtenir des propositions de conférences.  

2. FORMULAIRE DE SOUMISSION DE PROPOSITION

DISCOURS LIMINAIRES

File 7658

Avez-vous confiance en eux? Ont-ils confiance en vous?
David Bouchard | Auteur métis renommé et défenseur de l'alphabétisation

À ce moment décisif dans l'histoire du Canada, alors que nous tentons de mettre en œuvre les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation, avons-nous des raisons d'avoir de l'espoir, ou des siècles de mensonges ont-ils anéanti tout espoir? Les Canadiens ont-ils confiance les uns en les autres? Le devraient-ils? Nos élèves ont-ils confiance en les personnes responsables de leur bien-être? Le devraient-ils?

File 7659

À la recherche de la joie dans un monde complexe
Dean Shareski | Éducateur et gestionnaire de communauté à Discovery Education Canada

La plupart d’entre nous convenons que chercher à éprouver de la joie en vaut la peine. Pourtant, les défis et les exigences du système d’éducation ont quelque peu érodé le sentiment. Nous réaffirmerons les raisons pour lesquelles la joie est un important objectif de l’éducation, les obstacles plus ou moins subtils qui compliquent les choses, et certaines mesures concrètes pour faire une plus grande place à la joie dans l’apprentissage et la vie.

Une priorité du perfectionnement professionnel du réseau EdCan

Dans notre rapport intitulé Le Changement : un beau défi, de 2014, les membres de notre réseau pancanadien constatent qu’au‑delà des contraintes propres au système, la réalité sociale des élèves et de leur famille nuit à l’évolution de l’éducation. Les services sociaux communautaires auxquels doivent recourir nos familles les plus marginalisées ont été réduits, et une partie de la charge retombe sur nos enseignants, qui doivent maintenant être à la fois travailleurs sociaux, conseillers d’orientation, parents et psychologues. Ajoutez à cela les pressions exercées par le rendement de l’école et des élèves, les classements et les évaluations, et vous verrez quelle dose d’énergie est ainsi soustraite à l’importante tâche d’enseigner. Et ces pressions sont encore plus grandes dans les écoles des Premières Nations. Dans ces conditions, l’absentéisme des enseignants, les congés de maladie et le roulement de personnel croissants au cours des cinq premières années en poste n’ont rien d’étonnant. Les districts scolaires ont de plus en plus de mal à recruter des cadres supérieurs : la recherche d’une bonne qualité de vie l’emporte sur le stress associé à la profession.

Il y a beaucoup en jeu. L’incidence que peut avoir un système d’éducation sur le bien-être physique, cognitif, émotionnel et social, et son rôle dans la prévention d’une dégradation de la santé mentale montrent à quel point il est important de découvrir comment certains programmes, autochtones et non autochtones, reproductibles, parviennent à contrer efficacement ces problèmes, au point de définir ce qui fait qu’une école est véritablement en santé. 

Des idées pour aider les enseignants à aider leurs élèves

Les enseignants et les candidats à la profession, le personnel de soutien, les chercheurs, les travailleurs des services communautaires en santé, les ONG, les dirigeants des groupes partenaires de l’éducation et les enseignants autochtones apprécient nos activités, pour l’insistance que nous mettons à consolider, à légitimer et à mettre en commun nos connaissances et notre expérience. Pourquoi, en effet, travailler en vase clos? Nos études de cas détaillées répondront à vos questions et vous fourniront des idées sur la façon d’intégrer de solides programmes de bien-être mental dans la culture de l’ensemble de la communauté scolaire.

Bien sûr, les écoles ne sont pas des centres de traitement et elles ne sauraient combler les lacunes d’un système fracturé, mais elles peuvent prendre une part importante à la résolution des problèmes. Articulé autour d’une gamme de facteurs qui influent sur le bien-être des élèves et des enseignants, le symposium à venir est un moyen incontournable de formuler clairement la nécessité d’investir dans des programmes de soutien au bien-être mental plutôt que de s’attaquer à une crise après le fait et d’en supporter les effets à long terme sur notre société.


 

File 7656 Inscrivez-vous maintenant

 


BIOGRAPHIES DES CONFÉRENCIERS

File 7658

David Bouchard est l’auteur de plus de 50 livres pour lecteurs de tous les âges, dont deux guides sur la lecture à l’intention des parents et des éducateurs. Ancien enseignant et directeur d’école, il se penche tout particulièrement sur les questions liées aux Autochtones. Il est très sollicité à titre d’orateur principal et de conférencier invité dans les écoles, pour ses présentations touchant aux thèmes de la lecture, de l’alphabétisation et du bien-être des Autochtones.

En avril 2009, M. Bouchard a été nommé membre de l’Ordre du Canada « pour sa contribution en qualité d’auteur de livres pour enfants et comme ardent défenseur de la cause de l’alphabétisme qui affiche dans ses histoires sa fierté d’appartenir à la communauté métis ». Plus récemment, on lui a rendu un autre honneur remarquable : Une école portant son nom a ouvert ses portes à Oshawa en 2013. 

www.davidbouchard.com

File 7659

Dean Shareski est gestionnaire de communauté à Discovery Education Canada. Il a été enseignant pendant 14 ans et conseiller en apprentissage numérique à la division scolaire de Prairie South à Moose Jaw, en SK, pendant neuf ans. Il est également professeur auxiliaire à la Wilkes University. Son blogue figure régulièrement parmi les blogues les plus éducatifs au Canada, et il contribue par ailleurs aux blogues de Tech Learning et du Huffington Post. En 2010, M. Shareski a mérité le prix pour leadership exceptionnel de l’International Society for Technology in Education (ISTE). Au cours de sa carrière, il a eu l’occasion de s’adresser à un vaste éventail d’auditoires sur la scène nationale et à l’étranger. Sa passion est toujours d’aider les enseignants à découvrir toutes les affordances de la technologie pour l’apprentissage. M. Shareski pense que l’humour et l’humilité sont fort utiles quand il s’agit d’appuyer et d’encourager les pratiques transformationnelles dans l’enseignement et l’apprentissage.

http://ideasandthoughts.org/
@Shareski

Partenaires

Air Canada

Pour cet événement, Air Canada est le transporteur aérien de prédilection de l’ACE. Les participants au symposium qui se rendent à Toronto en avion peuvent recevoir un rabais de 10 % sur le tarif Tango le plus bas et un rabais de 15 % sur les tarifs Flex et plus élevés. Veuillez utiliser le code de promotion Z6ZEGXZ1 lorsque vous réservez votre vol. Cette offre est valide jusqu’à sept (7) avant et après le symposium. 

File 7655

Holiday Inn Toronto International Airport offre des chambre avec lit simple ou double à partir de 135 $ la nuit, excluant les taxes. 

Pour réserver, veuillez contacter le numéro sans frais suivant 1-866-568-0059 et indiquer le code promotionnel « CEA ».

Pour vous assurer d'avoir une chambre disponible, veuillez réserver avant le 8 septembre 2017.

Devenez partenaire

Pour commandites/partenariats veuillez contacter Gilles Latour au 416-591-6300 poste 237 ou  à glatour@cea-ace.ca

État:

Open

Quand:

De
09:00 - 05/10/17
A
15:00 - 06/10/17

Où:

Holiday Inn International Airport and Conference Centre, 70 Dixon Road, Toronto