Accueil » Éducation Canada » Une chaire de recherche au service de la réussite en lecture et en écriture

Une chaire de recherche au service de la réussite en lecture et en écriture

Cet article vise à présenter les travaux menés dans le cadre de la Chaire de recherche sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture chez le jeune enfant dans la région de l’Estrie (Québec, Canada). Afin de prévenir le décrochage scolaire le plus tôt possible à l’école, cette chaire de recherche a l’originalité de poursuivre des objectifs qui sont à la fois centrés sur des activités de recherche de qualité et sur des activités de transfert de connaissances dans le milieu scolaire. Plus précisément, cette contribution permettra d’illustrer ici quelques actions menées dans le cadre de cette chaire de recherche qui soutiennent la réussite des élèves dans l’apprentissage de la lecture-écriture, que ce soit par l’entremise de différents projets de recherche ou encore par différents types d’accompagnement dans le milieu scolaire.

894 votes
+
Vote up!

Des orientations fondées sur un partenariat avec le milieu scolaire

La Chaire de recherche sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture chez le jeune enfant a vu le jour en 2008 afin d'amplifier les actions scientifiques et pratiques pour prévenir le plus tôt possible les échecs trop souvent rencontrés par les élèves lecteurs-scripteurs. La création de cette chaire de recherche se situe ainsi dans un contexte scolaire québécois de plus en plus sensible à la réussite de tous les élèves sur le plan de la lecture et de l’écriture, deux habiletés essentielles au bon fonctionnement en société. Sur ce point, il faut dire que la région de l'Estrie (Québec) se démarquait par un taux élevé, trop élevé, de décrochage scolaire. Par exemple, en 2005-2006, le taux de décrochage scolaire atteignait dans cette région 31,6%. Il fallait agir. Dans ce contexte, l'université a établi un partenariat avec les quatre commissions scolaires de cette région (la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, la Commission scolaire des Hauts-Cantons, la Commission scolaire des Sommets, la Eastern Township School Board) et le programme Partenaires pour la réussite éducative en Estrie (PRÉE). Ce partenariat original qui associe le milieu universitaire et le milieu scolaire pour soutenir la réussite dans l'apprentissage de la lecture et de l'écriture est prévu jusqu'en 2013.

La chaire de recherche a ainsi défini un programme de recherche qui comprend trois axes d'actions :

  • La prévention des difficultés d’apprentissage;
    • L’évolution des compétences en lecture et en écriture;
    • Les pratiques pédagogiques optimales pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

Ces trois axes contribuent, d’une part, à mieux comprendre l’apprentissage de la lecture et de l’écriture dès le début de la scolarisation afin de prévenir, le plus tôt possible, les difficultés d’apprentissage; ils contribuent, d’autre part, à alimenter les pratiques des enseignants afin de favoriser la réussite de tous les élèves et d’augmenter leur niveau de compétence en lecture et en écriture. Les travaux de cette chaire de recherche se distinguent donc en portant à la fois sur les mécanismes d'apprentissage des élèves et sur les pratiques pédagogiques des enseignants.

Une vision interactive et continue des apprentissages en lecture/écriture

La chaire comprend des activités de recherche et des activités de transfert de connaissances. Ces activités sont considérées dans une perspective interactive : les activités de recherche et de transfert s’alimentent mutuellement, et les activités de lecture et d’écriture sont considérées dans une vision globale de développement de la litéracie.  L’ensemble des activités est également considéré dans une perspective continue, dans la mesure où les activités s’alimenteront au fil des ans dans le but d’élaborer une vision continue de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture de la maternelle à la fin du primaire pour favoriser la réussite de tous les élèves.

Les processus de l’apprenante et de l’apprenant et les stratégies du personnel enseignant

 Toutes les activités de recherche et de transfert sont orientées vers deux objectifs centraux pour favoriser la réussite scolaire de l’élève par rapport à l’écrit :

  • Mieux comprendre les processus de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture chez l’élève;
  • Dégager les pratiques enseignantes les plus à même de contribuer au développement d’un lecteur-scripteur compétent à la fin du primaire.

Ainsi, la chaire de recherche vise à enrichir les connaissances sur les pratiques d’enseignement éprouvées de la lecture et de l’écriture en tenant compte du contexte québécois.

Dégager les pratiques enseignantes les plus à même de contribuer au développement d’un lecteur-scripteur compétent à la fin du primaire.

Les différents profils d’élèves

On porte une attention toute spéciale aux élèves qui doivent être particulièrement soutenus dans leur processus d’apprentissage en lecture-écriture (élèves à risque et élèves en difficulté d’apprentissage). Par ailleurs, les projets de recherche et de transfert se soucient de tous les profils d’élèves des écoles primaires. Les différentes activités visent à favoriser la réussite de tous les élèves.

Les acteurs de soutien pour la réussite de l’élève en lecture-écriture

Outre l’importance qui est accordée au soutien des pratiques enseignantes dans l’apprentissage réussi de la lecture-écriture, la chaire s'intéresse également à d’autres acteurs qui accompagnent tantôt le personnel enseignant (les conseillères et conseillers pédagogiques ou encore les orthopédagogues), tantôt l’élève (les parents).

Des retombées centrées sur des activités de transfert de connaissances

Une proportion importante des activités est consacrée à des interventions dans le milieu qui visent à accompagner des enseignants en exercice appartenant aux quatre commissions scolaires de l’Estrie

 D’autres actions visent différents intervenants du milieu qui peuvent agir sur la réussite des élèves en lecture et en écriture (directions d’école, orthopédagogues, conseillers pédagogiques). Ces actions de proximité constituent des mesures permettant d’outiller ces intervenants, afin qu’ils adoptent des interventions efficaces qui optimisent l’apprentissage de la lecture/écriture de leurs élèves. Ceci est particulièrement vrai pour les élèves des milieux socio-économiques les plus à risque de vivre des difficultés d’apprentissage en lecture-écriture et les plus susceptibles d’être confrontés à la réalité du décrochage scolaire. Voici ici quelques exemples d'activités de transfert de connaissances qui se situent dans le contexte de cette chaire de recherche.

Tout d'abord, afin de faire en sorte que les actions soient les plus efficaces au sein du milieu scolaire, certaines enquêtes sur les pratiques enseignantes ont été menées:

  • au regard des pratiques d'éveil à l'écrit en maternelle;
  • au regard des pratiques en écriture (volet calligraphie) au début du primaire;
  • au regard des pratiques de lecture/écriture en première année du primaire.

Il semblait en effet important de partir des pratiques existantes pour éventuellement les ajuster ou les bonifier au profit d'une plus grande réussite en lecture/écriture.

Ces trois enquêtes ont mené à un portrait des pratiques qui ont fait l'objet de bilans pour chacune des commissions scolaires partenaires. Ces enquêtes ont été une source d'informations utiles pour les conseillers pédagogiques qui étaient en mesure de mieux cibler la nature des accompagnements et des formations à privilégier dans leur milieu.

Les résultats ont également nourri les directions d'école qui accédaient à un portrait plus précis des pratiques adoptées dans leurs écoles.

Globalement, ces enquêtes ont permis d'alimenter un état de situation pour mieux identifier et bonifier les pratiques actuelles des enseignants en exercice dans les écoles de chacune des commissions scolaires. Par exemple, sur la base du constat que les enseignants de maternelle ne se sentaient pas suffisamment outillés pour susciter des activités d'écriture dans une perspective d'éveil à l'écrit et en complémentarité avec les activités de lecture nettement plus présentes, des activités d'accompagnement ont été organisées. Celles-ci ont d'une part permis aux enseignants d'accéder à une vision plus globale des enjeux des premiers apprentissages en lecture et en écriture et, d'autre part, encouragé le développement de nouvelles pratiques pédagogiques qui suscitent chez les enfants de maternelle une démarche active de découvertes au regard du monde de l'écrit. Ces activités d'accompagnement ont encouragé les enseignants à s'approprier des pratiques jugées comme efficaces du point de vue de la recherche[1]. Les enseignants impliqués dans ces activités ont ainsi adopté des pratiques d'orthographes approchées. Brièvement, les orthographes approchées sont des situations d’écriture en contextes signifiants (par exemple, comment écrire « je t’aime maman » pour la carte de la fête des mères ou encore le nom du cadeau à demander au Père Noël), qui encouragent les élèves à écrire avec leurs meilleures idées; l’enseignant part alors de ces idées pour amener les élèves plus loin. La collaboration entre pairs et les réflexions à voix haute sont inhérentes à cette démarche active de découverte de la langue écrite.

Ces pratiques stimulent une démarche de résolution de problèmes linguistiques chez les jeunes apprenants et soutiennent la prévention des difficultés d'apprentissage en favorisant une meilleure transition entre la maternelle et la première année du primaire[2].

Dans différentes écoles impliquées dans cet accompagnement en orthographes approchées, des retombées importantes ont été constatées, tant du point de vue de l'amélioration des apprentissages des élèves que du point de vue d'une plus grande collaboration et cohérence dans les actions pédagogiques des enseignants de maternelle, de première et de deuxième années du primaire[3]. Sur le plan de l’amélioration des pratiques pédagogiques, les enseignants de maternelle et de 1er cycle adoptent davantage un même vocabulaire (par exemple, utiliser les mêmes appellations pour parler des stratégies adoptées par les élèves pour lire et écrire).

 Cette harmonisation est directement associée au partage lors des rencontres, ce qui suscite des réflexions et du travail concret sur des traces produites par les jeunes élèves. De plus, la participation active des orthopédagogues dans le cadre de cette formation continue sur les orthographes approchées s’est avérée un atout pour soutenir les élèves dans la transition maternelle-1er cycle. Les orthopédagogues ont aussi raffiné leur rôle de soutien en un contexte réel de prévention des élèves à risque de vivre des difficultés dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Par exemple, l’orthopédagogue a soutenu les enseignants pour mieux comprendre le profil de certains élèves plus fragiles, mais aussi pour soutenir ces élèves dès leur entrée en 1re année.

Comme je l’ai déjà mentionné, cet accompagnement en orthographes approchées a aussi eu des retombées pour les apprentissages des élèves. Par exemple, plusieurs enseignants de 1re année ont rapporté que les élèves qui arrivaient dans leur classe appréciaient les moments de lecture à voix haute et qu’ils témoignent d’une plus grande motivation à vouloir écrire et  lire, ainsi que d’une attitude positive au regard de la langue écrite et des normes qui la gèrent. Plus concrètement encore, plusieurs jeunes élèves ayant vécu des contextes de lecture et d’écriture en maternelle témoignaient de connaissances des lettres plus étendues, d’une conscience phonologique plus développée, même chez les élèves dits à risque. Les enseignants affirment que la très grande majorité des élèves n’hésitent pas à faire des tentatives d’écriture, avec leurs propres connaissances, lorsque l’enseignant les invite à écrire; en d’autres mots, la peur de l’erreur ne se fait pas sentir. Cette attitude positive envers le monde de l’écrit est importante, d’autant plus qu’un bon nombre d’équipe-écoles participant à ce projet se situent dans des milieux socio-économiques défavorisés.

Toujours dans l’optique de mener des actions qui soient les plus efficaces possibles au sein du milieu scolaire, la chaire de recherche s’est plus récemment (2010-2011) investie au sein de projets de développement et d’accompagnement auprès d’orthopédagogues du préscolaire et du primaire; cela, sur la base du constat que, malgré des retombées positives associées à la mise en place de pratiques d’orthographes approchées par les enseignants, celles-ci ne suffisent pas toujours à contrer les difficultés éprouvées par certains élèves dans les premiers apprentissages de la lecture et de l’écriture. Dans cette perspective, un projet régional a vu le jour pour des orthopédagogues des quatre commissions scolaires partenaires. Ce projet de développement portait sur les interventions ciblées en orthographes approchées pour les élèves qui présentent des difficultés et pour lesquels les interventions dites universelles en classe s’avèrent insuffisantes. Ce projet visait plus précisément le dépistage et l’intervention précoce, et une meilleure connaissance des pratiques efficaces auprès des élèves à risque ou en difficulté d’apprentissage.

S’ajoutent à cela des activités de recherche visant la recension, la diffusion et l’exploitation des données de recherche les plus récentes ayant trait à la fois aux processus impliqués dans le développement et l’apprentissage de la lecture et de l’écriture chez l’enfant, et aux pratiques d’enseignement scientifiquement reconnues comme efficaces en contexte d’entrée dans l’écrit. Dans cette optique, une synthèse de connaissances portant sur l’enseignement de l’écriture au primaire[4] a été réalisée. Celle-ci vise principalement à recenser les études empiriques récentes (d’ici et d’ailleurs) qui ont évalué les effets de différentes pratiques enseignantes, ceci permettant de rendre compte des contextes d’apprentissage et des pratiques d’enseignement de l’écriture les plus optimales au primaire. Parmi celles-ci, on relève souvent la fréquence des situations d’écriture et ce dès le début du primaire, l’enseignement explicite des stratégies en écriture et la variété des modalités des situations d’écriture proposées en classe, impliquant souvent la collaboration entre pairs : par exemple, écriture personnelle, écriture en équipe, dictée à l’adulte.

Un document de vulgarisation a également été produit à l’intention des différents acteurs du milieu. L’état des connaissances sur les pratiques efficaces pour enseigner l’écriture contribue aussi à orienter la nature des activités d'accompagnement menées par la chaire auprès des enseignants de maternelle et du primaire.

Des travaux qui se poursuivent

Il apparaît important de souligner que toutes les activités d’accompagnement et de transfert de connaissances dans le milieu scolaire visent à améliorer la réussite en lecture et écriture chez les élèves du primaire.

La Chaire de recherche sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture chez le jeune enfant poursuit ses travaux. Des résultats de recherche actuellement en cours d’analyse viendront bientôt alimenter la communauté scientifique et la communauté de praticiens, toutes deux intéressées par le développement optimal des compétences à lire et à écrire des élèves de nos écoles.

En tant que chercheuse en éducation, je fais le pari que cette réussite scolaire sera possible grâce à des activités qui permettent à différents intervenants scolaires, d’une part, de mieux comprendre les enjeux de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture et, d’autre part, de mieux connaître les pratiques identifiées comme les plus efficaces par les recherches. 

RECAP - This article presents the work accomplished in the Eastern Townships of Québec by the Research Chair on the Learning Process of Young Children Relating to Reading and Writing. In order to help schools begin as soon as possible to prevent students from dropping out, this research chair pursues objectives focussed on quality research activities as well as on knowledge transfer activities in the school setting. Specifically, the article illustrates several initiatives carried out within the context of the research chair work that support student success in learning to read and write, both through various research projects and through different types of coaching in a school environment.


[1] Montésinos-Gelet, I. et Morin, M.-F. (2006). Les orthographes approchées au préscolaire et au primaire (collaboration d’A. Charron). Montréal : Chenelière (coll. Didactique).

[2] Morin, M.-F. et Montésinos-Gelet, I. (2007). Effet d’un programme d’orthographes approchées en maternelle sur les performances ultérieures en lecture et en écriture d’élèves à risque. Revue des Sciences de l’Éducation, XXXIII (3), 663-683.

[3] Morin, M.-F., Prévost, N. et Bolduc, G. (2010). Une transition maternelle - 1er cycle du primaire réussie! Vivre le primaire, 23 (3), 40-41. 

[4] Morin, M.-F., Nootens, P., Labrecque, A.-M. et LeBlanc, I. (2009). Synthèse de connaissances sur l’enseignement de l’écriture à l’école primaire. Production écrite réalisée dans le cadre d’un contrat de recherche pour le MELS, 89 pages.