Accueil » Éducation Canada » Pour une cure de désintoxication des profs et de toute l’institution scolaire.

Pour une cure de désintoxication des profs et de toute l’institution scolaire.

Ailleurs, est-on intoxiqué par l’habitude de noter les élèves? En revenant de Bolivie où, il conduit depuis 10 ans des stages de formation pour les enseignants, Charles Pepinster s'est demandé si, là-bas les profs étaient aussi « intoxiqués » par la notation que chez lui, en Belgique. L'auteur se livre à une petite expérimentation et constate qu’en Occident, comme aux Amériques, la dispersion de la note rend celle-ci non crédible. Alors, faut-il supprimer la note? La réponse de l'auteur surprendra sans doute les lecteurs : « NON… pas tout de suite ». En effet, selon lui, il s’agit de faire une cure de désintoxication de l’institution car les profs, les parents (voire les experts théoriques et les autorités) n’ont jamais vécu leur scolarité sans jugement chiffré et surtout n’ont jamais conduit eux-mêmes des cohortes d’élèves débarrassées du chantage de la notation. Que faire pour sortir de l’addiction aux notes? Comme tout sevrage, c’est difficile et ça nécessite de l’accompagnement car il faut mêler raison et sentiments. Charles Pepinster propose, en résumé, une philosophie générale ainsi que des mesures concrètes pour quitter, enfin, le mesurage de l’humain.

818 votes
+
Vote up!

Ailleurs, est-on intoxiqué par l’habitude de noter les élèves?

Je reviens de Bolivie où, pour la dixième année consécutive, j’ai conduit des stages de formation pour les enseignants.

Je me suis demandé si, là-bas les profs étaient aussi intoxiqués aux points, notes, punitions, humiliations, dénonciations aux parents, bulletins chiffrés, moyennes, échecs… que chez nous. J’ai donc remis à chacun des 37 participants d’un atelier récent d’Education Nouvelle, un texte en espagnol comptant 20 erreurs orthographiques et j’ai demandé à chacun de noter discrètement sa copie sur 10 points. En face de cette note, j’ai ensuite demandé d’indiquer dans un cercle le nombre d’erreurs relevées.

Qu’allait-il apparaître dans cette situation de laboratoire déjà mise au point par Henri Piéron (1881-1964), un des fondateurs de la psychologie scientifique? Les Sud Américains allaient-ils s’étonner, renâcler, questionner? Non, ils se sont montrés tout à fait à l’aise, se mettant tous à « corriger » consciencieusement, comme chez nous, sans se poser de question, sans réticences apparentes.
Allaient-ils mettre tous la même note, trouver tous qu’il y avait 20 erreurs?
Etaient-ils différents des enseignants de nos pays occidentaux?

Et chez nous?

Il est intéressant de savoir qu’en 25 ans d’animation d’ateliers de formation pédagogique en Belgique, France, Suisse, Luxembourg, Tunisie, ce ne sont pas seulement 37 correcteurs que j’ai consultés mais 1255. Ils ont tous eu sous les yeux la même page pleine d’erreurs orthographiques. Du tableau complet des notes accordées, allant de 20 à 0, j’extrais quelques constatations :

File 3556

Pour conduire cette recherche, j’avais photocopié une double page du cahier d’Histoire de mes 15 ans en 1255 exemplaires. Très rares sont les enseignants qui ont manifesté une objection de conscience à la notation. Ils se sont montrés en overdose de notation, complètement acquis à l’aspect « ça va de soi » du système : soumis, scrupuleux voire généreux en fermant les yeux sur les manques évidents de compétence orthographique de l’auteur de la copie, sourds aux arguments des rares rebelles regardés comme des extraterrestres.

Cette addiction à la note chiffrée a-t-elle touché l’Amérique Latine?

Retour chez les profs en Bolivie

Voici maintenant comment les 37 professeurs boliviens ont noté la même feuille aux 20 erreurs orthographiques : 

File 3541

Ont-ils tous détecté les 20 erreurs? Non, évidemment. Les 14 participants qui ont donné 8/10 ont-ils trouvé le même nombre de fautes?

Encore non. Ainsi, 8 points sur 10 viennent de professeurs qui ont trouvé tantôt 17 cacographies, tantôt 16, 9, 7, 6, 5, 4, 2… Ainsi, un enseignant identifie 17 erreurs, un autre 2… mais ils mettent tous deux 8/10.

Banale ressemblance et curieuse différence. En Occident comme aux Amériques la dispersion de la note rend celle-ci non crédible, même avec des grilles de correction tarifées comme je l’ai pratiqué à plusieurs reprises.

Mais ce qui est frappant, c’est le taux élevé des notes d’exclusion chez nous et leur absence dans le petit échantillon entrevu outre Atlantique.

C’est qu’en Bolivie Amazonienne, m’a-t-on expliqué, le prof est considéré comme « bon » aux yeux des parents quand les enfants ont tous de bonnes notes.
Pas étonnant, qu’on tienne aux notes toujours falsifiables.

Y a-t-il, en revanche, un relent de jansénisme dans nos pays? Des profs y sont honorés quand ils excluent beaucoup; c’est un signe d’exigence, de sérieux dont certains s’enorgueillissent : « Chez nous, on ne jette pas les points à la tête des élèves, on les stimule à travailler plus pour gagner plus ».

Faut-il supprimer la note?

Ma réponse surprend les stagiaires que je rencontre : « NON… pas tout de suite ». Il s’agit de faire une cure de désintoxication de l’institution car les profs, les parents (voire les experts théoriques et les autorités) n’ont jamais vécu leur scolarité sans jugement chiffré et surtout n’ont jamais conduit eux-mêmes des cohortes d’élèves débarrassées du chantage de la notation comme j’ai pu le faire.[1]

Gavés par la notation qui leur a réussi ou qu’ils ont sublimée, ils peuvent chercher des accommodements à l’évaluation chiffrée mais ils ont une peur bleue d’un sevrage complet : ils inventent des couleurs, des ++, des +/- et gardent les interrogations partielles et partiales. Pour eux, ôter la notation c’est encourager la paresse... et ils ont raison s’ils ne changent rien dans leur manière d’enseigner.

En effet, l’élève imprégné d’esprit de spéculation, c’est-à-dire chez qui on a installé comme un réflexe conditionné : « travail = points », réagit normalement quand il étudie si des bonnes notes sont à gagner et modère ses ardeurs studieuses s’il n’est pas payé. Il se met en veilleuse comme d’autres se mettent en grève s’ils ne reçoivent pas le salaire escompté.

Que faire pour sortir de l’addiction aux notes?

Comme tout sevrage, c’est difficile et ça nécessite de l’accompagnement car il faut mêler raison et sentiments :

  • Changer les pratiques basées sur la compétition, la transmission docilisante des savoirs tout faits pour installer la recherche difficile et rigoureuse en donnant la priorité à l’initiative, la concertation, à l’enthousiasme. Donc motiver fortement pour que la note ne soit plus nécessaire pour faire apprendre. En d’autres termes, il s’agit de remplacer la motivation d’excitation par la motivation d’incitation. Vaste programme. Ne plus croire à la fiabilité des notes ni y faire croire les élèves et les parents… et l’annoncer. 
  • Rendre la note de plus en plus rare; ainsi ne plus noter les devoirs (avant de les supprimer et de les remplacer par des recherches libres à communiquer aux condisciples pour les instruire). 
  • Obtenir de la direction de l’école un moratoire, c’est-à-dire une permission de mettre en cohérence une nouvelle façon de faire apprendre inventive et fraternelle et une évaluation sans notes de même nature. 
  • Découvrir en équipe professorale que la loi (sauf en Suisse) ne fait pas de la notation une obligation, qu’aucun prof n’a appris à noter, que les processus de pensées sont invisibles (on peut au mieux les deviner). 
  • Constater que les élèves se détournent vite de l’appât des points lorsque les cours sont passionnants. 
  • Eviter de juger les collègues qui restent accrochés aux notes, de leur donner des leçons de morale. 
  • Rechercher en équipe les avantages et les inconvénients du maintien ou de la suppression du paiement par des points. Créer des groupes de réflexion et de vigilance pour éradiquer les examens notés dans tout l’enseignement, pas seulement en primaire, pour les remplacer par des variations d’apprentissage complexes en groupes de solidarité, des travaux personnels encadrés, des unités capitalisables.[2] 
  • Collectionner les témoignages de pédagogues qui ne notent plus mais qui inventent mille façons d’apprendre. 
  • Rechercher la littérature qui défend la notation et celle qui prône sa suppression.[3]  
  • Eviter d’apeurer les parents par trop d’empressement à bannir le paiement du rendement scolaire mais montrer par l’usage du portfolio, par des ateliers de réflexion, des films, des rencontres personnalisées, des témoignages, que la communication école/famille gagne en qualité une fois débarrassée de l’illusion du langage des nombres, notes abondamment manipulées dans l’école traditionnelle. 
  • Remplacer les examens certificatifs par le chef-d’œuvre pédagogique dont j’ai fondé la nouvelle formule. 
  • Remplacer les interrogations pondérées par des coups de sonde sans points, simplement pour savoir ce qu’il faut faire apprendre car le droit à l’erreur est un droit de l’élève qui justifie d’ailleurs le salaire des professeurs. 
  • Associer les élèves au choix des notions à apprendre, en toute sérénité. Permettre puis développer l’appel à l’aide auprès de condisciples et de professeurs. Ce n’est pas seulement à l’adulte de détecter les failles dans les apprentissages mais à un partenariat fait de respect et de sécurité. Non à la peur, oui à la confiance. 
  • Déscolariser l’institution pour mieux développer la culture où les notions-mères elles-mêmes sont culturelles donc incommensurables; on ne note pas la façon d’apprécier une œuvre d’art, un enthousiasme, une façon d’aimer.

Pourquoi quitter le mesurage de l’humain? Pour créer, dès l’enfance une société plus créative et solidaire, moins mercantile, dont le monde a besoin pour affronter le Futur.

Article reproduit avec l’autorisation de l’auteur, qui l’a publié sur son site (www.gben.be) le mercredi 24 novembre 2010.

RECAP - Are people elsewhere also intoxicated by the habit of grading students? Back from Bolivia, where he has conducted training courses for teachers for 10 years, Charles Pepinster asked himself if Bolivian teachers were as “intoxicated” by grading as they are in his own country, Belgium. The author carried out a little experiment and observed that in the West, as in the Americas, grade dispersion eliminates the credibility of marks. So, should grades be abolished? The author’s answer will surprise his readers: “NO… not for now.” In fact, according to him, it is necessary to go through withdrawal from the institution because teachers, parents (even theoretical experts and authorities) have never experienced learning without a numbered judgment and above all, have never themselves led student cohorts that have been set free from the blackmail that is grading. But how do we overcome grading addition? As with any weaning process, it is difficult and requires coaching, because it involves both reason and feelings. In short, Chalres Pepinster proposes a general philosophy as well as a concrete action to stop, at last, measuring humans.


[1] J’ai initié, il y a 18 ans, une école publique à Buzet (Floreffe, Belgique) sans notes, ni punitions, ni récompenses, ni dénonciation aux parents. J’y ai enseigné pendant 4 ans; mon équipe a été lauréate du Prix de la Reine en 1996.

[2] Site www.panote.org

[3] Site Philippe Meirieu