Notre blogue

Fil sur l'éducation canadienne : Déficit d’attention: les plus jeunes plus à risque de recevoir un mauvais diagnostic

26 votes
+
Vote up!

Déficit d’attention: les plus jeunes plus à risque de recevoir un mauvais diagnostic – La Presse Canadienne
Les plus jeunes enfants des classes des écoles primaires sont plus à risque de recevoir un diagnostic de TDAH (trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité) et de se faire prescrire des médicaments que les enfants plus âgés dans les mêmes classes, selon une nouvelle étude laissant entendre que certains enfants souffrant supposément de ce trouble pourraient avoir reçu un mauvais diagnostic.

AUTRES NOUVELLES

Enseignement secondaire – Un cours d’histoire passé à l’eau de Javel – Le Devoir
Une enquête plaide pour un retour de la dimension politique et nationale du Québec

L’Ontario courtise les enseignants sur You Tube – Radio-Canada

Conférence TEDx : 18 minutes pour changer le monde – Progrès Saint-Léonard

Tableaux blancs: Québec nie favoriser un «ami iberal» - La Presse

Une ombre au tableau blanc – La Presse

La tragédie inuite: le Nunavik décroche – La Presse

Hausse du décrochage scolaire dans plusieurs Regions - La Presse

Cours d’éthique et culture religieuse : les parents déboutés – Rad-Can

FAITS SAILLANTS DES BLOGUES

Le plagiat à l’ère des réseaux sociaux – In Scholam
En après-midi l’enseignante se présente donc de nouveau à mon bureau en me montrant une lettre qu’elle souhaite envoyer aux parents. Elle me fait part de ses réflexions, en me mentionnant qu’elle voit bien qu’elle ne peut manifestement plus demander aux élèves ce genre de devoir à la maison et qu’elle va plutôt miser sur des devoirs où les élèves devront produire des phrases personnalisées rendant ainsi le plagiat impossible. Elle gardera le cahier d’exercices pour l’école. Reste le problème de la correction, qui risque de s’avérer beaucoup plus longue que la correction de réponses uniques.  Je lui suggère donc de ne corriger qu’une partie des devoirs, aléatoirement. L’idée même de laisser des fautes dans un cahier d’élève l’embête un peu, mais fera peut-être son chemin Lisez

Tout vient à point à qui sait attendre - Céline Renaud-Charette
En animant une enquête collaborative récemment, j’ai demandé à une collègue qui venait observer la rencontre de me donner de la rétroaction sur un élément suite à la journée, soit ma gestion du «temps d’attente» ou plutôt du «temps de réflexion». Je lui ai demandé de vérifier si je respectais un minimum de 3 secondes de silence après une question posée au groupe et un minimum de 3 secondes de silence après une intervention de quelqu’un du groupe avant de reprendre la parole. Malgré le fait que c’était un objectif personnel, réfléchi et partagé, les «crochets» sur sa feuille d’observation n’étaient pas très élogieux.Lisez