Home » Education Canada » S’ouvrir à la diversité : un défi au quotidien!

S’ouvrir à la diversité : un défi au quotidien!

20 votes
+
Vote up!

Le Canada est reconnu comme un terre d’accueil dynamique où il fait bon vivre. Le gouvernement canadien a décidé d’accueillir plus de 40 000 réfugiés syriens[1]. La peur de l’autre, de la différence, de ce qui est étranger, nous semble à première vue moins problématique qu’aux États-Unis ou en Europe. Mais, même si la volonté d’intégrer les nouveaux immigrants est bien présente, tout ne va pas de soi.

Malgré les nombreux efforts et le travail acharné des enseignants de classes d’accueil et de francisation, le problème d’intégration demeure toujours préoccupant. Pour Caroline Proulx-Trottier (p. 38), le défi est de taille : « La classe d’accueil doit quotidiennement relever le défi de franciser et d’intégrer des enfants venant de tous les coins du monde dans des délais très courts et des conditions pas toujours idéales. Il faut aussi prendre en compte que les enfants sont souvent anxieux et déstabilisés d’être scolarisés dans une langue et un pays inconnus ». La formation des enseignants devient alors une priorité car, trop souvent, ceux-ci se sentent démunis pour affronter les difficultés inhérentes à l’arrivée massive et récente de tous ces réfugiés, déjà traumatisés par les guerres et les violences de leur pays d’origine. Leur vécu est si différent de celui des élèves de la société d’accueil! À ce titre, la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (p. 31) constitue une référence intéressante pour l’intégration de ses élèves. En 2016, Éducation Internationale lui a d’ailleurs décerné le Prix d’internationalisation pour son référentiel d’accompagnement du Vivre-ensemble en français.

Je vous invite à lire entre autres deux articles : le témoignage d’Elourdes Pierre (p. 33) , une Haïtienne au parcours de vie édifiant et admirable et l’article de Lilyane Rachédi et Béatrice Halsouet (p. 28) concernant la création d’une bibliothèque vivante avec de jeunes Syriens afin de dégager un espace d’échanges et de dialogue à l’école. Le simple fait de raconter leur histoire familiale de migration est libérateur. Précipités dans un nouveau milieu qu’ils doivent apprivoiser et avec lequel ils ne sont pas familiers, ces élèves immigrants sont confrontés à une nouvelle réalité. Cet espace d’expression contribue ainsi à leur adaptation à un nouvel environnement, à leur construction identitaire, à une meilleure intégration et à la réussite de leurs apprentissages linguistiques et scolaires.

Photo : Dave Donald
Première publication dans Éducation Canada, mars 2017

NOTE
[1] http://www.cic.gc.ca/francais/refugies/bienvenue/


Écrivez-nous!
Transmettez vos lettres ou propositions d’articles à redaction@cea-ace.ca ou indiquez vos commentaires dans la version en ligne d’Éducation Canada, à : www.cea-ace.ca/fr/educationcanada