Home » Education Canada » Le transfert des connaissances, pierre angulaire de l’insertion professionnelle

Le transfert des connaissances, pierre angulaire de l’insertion professionnelle

527 votes
+
Vote up!

« La question du transfert des connaissances est, à bien des égards, au centre de toute réflexion sur l'éducation et la formation. » -Philippe Merieu

L’insertion professionnelle constitue une préoccupation internationale qui pénètre toutes les sphères de notre société, qu’il s’agisse du monde des affaires, de l’entreprise, des secteurs publics et privés, du milieu de la santé ou de l’éducation.  D’ailleurs, en mars 2012, des spécialistes de différents pays se sont rencontrés au Chili pour échanger leurs points de vue sur la question.

Force est d’admettre que le départ massif des baby-boomers à la retraite est un phénomène mondial auquel le monde de l’éducation ne saurait échapper. Il y a inéluctablement une grande perte d’expertise, de savoirs stratégiques et de savoir-faire dont la relève se désole à juste titre pour relever les nombreux défis éducationnels du XXIe siècle. Mais quels legs la génération des baby-boomers va-t-elle laisser à la nouvelle génération? Quels repères lui seront utiles pour bien réussir professionnellement? 

N’y a-t-il pas un important renouvellement du corps professoral à tous les niveaux : primaire, secondaire, collégial et universitaire? Cela fait forcément appel à de nouvelles stratégies qui questionnent non seulement les rapports intergénérationnels, mais les savoirs qui doivent être transmis. Si cette tâche incombe, comme plusieurs le souhaitent, aux enseignants retraités, ceux-ci devront être à l’écoute des besoins, des intérêts, des valeurs et des préoccupations des enseignants de la nouvelle génération.

L’école a la responsabilité de faciliter l’intégration professionnelle des nouveaux enseignants. Pourquoi ne pas institutionnaliser un processus formel de transfert des connaissances par un plan d’action et des mesures concrètes? À ce titre, le programme de mentorat de la Commission scolaire des Patriotes en est un bel exemple. Le « mentor » et le « mentoré » en tirent mutuellement profit. 

Nul doute que le mentorat s’avère une formule très efficace pour sécuriser le nouvel enseignant tout en reconnaissant et en valorisant l’expertise de l’enseignant expérimenté. Ce codéveloppement professionnel vécu à la fois par le « mentor » et le « mentoré » crée une synergie fort prometteuse pour assurer un transfert des connaissances réussi.