Home » Education Canada » iClasse® : la classe dont vous êtes le héros!

iClasse® : la classe dont vous êtes le héros!

Pierre Poulin, enseignant de 6e année, était très préoccupé par la baisse de l’intérêt et de la motivation de ses élèves envers leurs apprentissages. Il a donc imaginé une classe fondée sur le meilleur de la recherche en éducation. Après neuf ans de travail ininterrompu, il a réussi à créer l’iClasse® telle qu’il l’avait rêvée. Il s’agit d’une lente et patiente progression vers des changements de philosophie et de pratiques destinées à faciliter le passage vers un enseignement plus actuel et plus engageant. l’iClasse® est un laboratoire scolaire permanent, dédié complètement à l’élève et à la formation des pédagogues. Cette expérience sert de sujet à une thèse de doctorat. L’originalité de cette nouvelle approche réside dans le fait que chaque élève développe ses habiletés d’exploitation du Web 2.0 et des compétences propres aux caractéristiques du XXIe siècle. De plus, les élèves de cette classe deviennent eux-mêmes des modèles en donnant des ateliers à un groupe de personnes âgées du quartier et en les initiant au monde de l’Internet.

340 votes
+
Vote up!

Enseignant à l’école Wilfrid-Bastien de la Commission scolaire Pointe-de-l’Île, (C.S.P.I.) depuis douze ans, j’avais constaté que la baisse de l’intérêt et de la motivation de mes élèves envers leurs apprentissages était préoccupante. Cela m’a alors amené à explorer de nouveaux courants fondés sur les recherches des dix dernières années en éducation. La conclusion à laquelle je suis parvenu est simple : il faut apprendre à enseigner et à évaluer autrement. Afin de rejoindre davantage l’élève, je veux qu’il y ait plus que d’interminables périodes d’enseignement magistral et des livres de référence ennuyeux et désuets dans ma nouvelle classe.

J’ai donc imaginé une classe fondée sur le meilleur de la recherche en éducation. Concrètement, un milieu d’apprentissage où il est permis de se déplacer, de travailler seul ou en équipe, de participer à des projets ou d’étudier sérieusement et de réaliser certains devoirs en classe. Un endroit où vivre une véritable

« individualisation de la trajectoire éducative » conçue au et pour le XXIe siècle! Un local où des aînés occupent également une place auprès des élèves grâce à Inter@ge. Cette classe existe désormais : c’est l’iClasse®.

L’iClasse® a été créée en 2009. Il s’agit un laboratoire scolaire 2.0 permanent, dédié complètement à la formation des pédagogues et servant de sujet à une thèse de doctorat.

Cette classe est différente parce que sa pédagogie est fondée sur le monde actuel, extérieur à l’école, mais bien concret pour chaque élève, quelle que soit sa réalité. La manière d’évaluer et de stimuler l’intérêt de l’élève dans ses apprentissages est unique. Elle encourage plutôt que de décourager; elle élève l’estime de soi plutôt que de l’anéantir.

En fait, l’originalité de ma nouvelle façon de faire réside dans deux particularités importantes :

• La première : chaque élève développe ses habiletés d’exploitation du Web 2.0 pour acquérir les connaissances de base et, surtout, développer des habiletés et des compétences propres aux caractéristiques du xxie siècle.

• La seconde se définit ainsi depuis 2007 : les élèves deviennent eux-mêmes des modèles en donnant des ateliers à un groupe de personnes âgées du quartier et en les initiant au monde d’Internet. Ce programme, qui porte le nom d’Inter@ge, existe depuis six ans déjà. L’initiation à Internet et au Web 2.0 par des jeunes de 11-12 ans (les technautes) permet aux aînés de Saint-Léonard d’évoluer avec la nouvelle technologie et de s’ouvrir à ce monde mystérieux pour eux. Ces derniers d’ailleurs se réjouissent de comprendre enfin le Web et d’y participer pleinement.

 Depuis quelques années, les « ilèves » sont amenés à transmettre leurs habiletés et leurs connaissances TIC non seulement aux aînés, mais également aux membres du personnel de l’école. Ainsi des enseignants se familiarisent avec les outils qu’ils désirent utiliser dans leur enseignement auprès de leurs anciens élèves. L’iClasse® représente une fracture dans la transmission verticale traditionnelle adulte-enfant ; une innovation ascendante dans le milieu scolaire.

Il m’aura fallu neuf ans pour arriver à la création de l’iClasse® comme je l’avais rêvée. C’est une lente et patiente progression vers des changements de philosophie et de pratiques destinées à faciliter le passage vers un enseignement plus actuel et plus engageant.

Il m’aura fallu neuf ans pour arriver à la création de l’iClasse® comme je l’avais rêvée. C’est une lente et patiente progression vers des changements de philosophie et de pratiques destinées à faciliter le passage vers un enseignement plus actuel et plus engageant.

En septembre 2009, on a procédé non seulement à l’ouverture de l’iClasse® mais à l’accueil de nos premiers
« ilèves ». C’est dans un local normal mais inhabituel que débute l’année avec mon collègue François Bourdon. Ce dernier consacrera son énergie à peaufiner la formule iClasse®. Cependant, on n’y aperçoit pas de tableau vert, ni de pupitres disposés en rangées. Bien en évidence, un tableau numérique interactif (ou T.B.I.), un projecteur, sept tables rondes et des chaises confortables. Vient ensuite le déblocage de sites, dont YouTube, afin de voir, à partir de l’école, le vidéo chantant (lipdub) des élèves de 6e année.

Depuis septembre 2009, L’iClasse® a beaucoup évolué.

Ainsi, en novembre 2012, l’iClasse® est devenue :

• une firme-conseil en édumatique pour bonifier la culture d’une école (www.iClasse.com);

• un environnement qui motive en intégrant les TIC;

• un moyen d’endiguer l’épidémie de décrochage au Québec et l’attrition de ses enseignants;

• un endroit où la pédagogie n’est fondée ni sur la coercition, ni sur la propagande et ni sur la culpabilité;

• une ambiance qui favorise l’accroissement du S.E.P. (Sentiment d’Efficacité Personnelle) où ne règne plus une atmosphère de compétition et de contrôle par les adultes, où les valeurs à l’honneur sont axées sur des connaissances fortement liées à ce que les enfants vivent au quotidien;

• une classe menée par un président élu et ses ministres;

• un lieu où est éliminée, dès la rentrée, la résignation apprise;

• un local où il est permis de boire de l’eau, de manger, de travailler debout, seul ou en équipe;

• une ambiance où les élèves sont davantage autodéterminés, compétents, augmentant par le réseautage qu’offrent les TIC leur sentiment d’appartenance à la classe;

• un milieu sain où les moyens d’apprentissage contribuent également au sentiment d’appartenance;

• une école plus ouverte sur le monde, perméable aux influences positives extérieures.

Pierre Poulin, concepteur de l’iClasse®, est aussi à l’origine de l’initiative edcamp Montréal[1]. Lors du 2e edcamp Montréal, auquel participaient plus de 130 enseignants, le 1er novembre 2012 , la présence de la directrice générale adjointe de la C.S.P.I., Carole Paradis, du directeur de réseau, Martin Duquette et de la directrice de l’école Wilfrid-Bastien, Isabelle Massé, constituait en soi un geste de soutien significatif. Voici leur point de vue au regard de l’iClasse® :

J’ai donc imaginé une classe fondée sur le meilleur de la recherche en éducation.

Carole Paradis, directrice générale adjointe de la C.S.P.I., considère l’iClasse® comme un projet d’apprentissage coopératif et de co-construction de savoirs très prometteur, mais embryonnaire au niveau de la commission scolaire. Cette année, le concepteur du projet est libéré à temps plein, tant pour le rayonnement de l’école que de la commission scolaire. Comme l’utilisation des TIC doit être au service des apprentissages coopératifs des élèves, la commission scolaire a mis sur pied un comité pour ouvrir aux réseaux sociaux. Même s’il y a de grandes ambitions et une préoccupation de la commission scolaire pour le développement technologique et la qualité du service à l’usager, l’accès aux ressources WEB demeure encore un aspect très fragile. Il faut garantir une souplesse dans l’accès aux ressources existantes pour améliorer le service aux usagers.

Martin Duquette, directeur de réseau, mentionne que le niveau d’autonomie développé par les élèves est du « jamais vu ». Une classe technologique existe maintenant depuis 2 ans à l’école secondaire St-Exupéry de la C.S.P.I. Mais la barrière n’est pas du côté des élèves. Le plus difficile est de suivre le rythme de la technologie tant au niveau de l’ouverture des techniciens et des services de la commission scolaire qu’au niveau de la formation des enseignants. L’intention de propager le modèle iClasse® à l’ensemble du réseau Anjou St-Léonard est bel et bien présente. Cependant, il faudrait d’abord valider les résultats obtenus à l’école secondaire St-Exupéry avant d’aller plus loin avec ce modèle.

Isabelle Massé, directrice de l’école, soutient le projet iClasse® depuis 8 ans. Elle y croit ! Son but est d’assurer la transférabilité du projet à l’ensemble de son école en développant une relève enseignante soucieuse d’intégrer tous les jours les technologies dans les apprentissages des élèves. Actuellement, 40 % du personnel y adhère. Le concepteur du projet complète son doctorat et 4 enseignants poursuivent un DESS avec M. Thierry Karsenti en technopédagogie à l’université de Montréal. Selon la directrice d’école, le passage primaire-secondaire du projet iClasse® se fait plutôt difficilement. Pour que cela fonctionne, il faut une direction d’école convaincue, un lieu mobilisé et mobilisant, des enseignants créatifs, en constante synergie, engagés, ouverts, et qui y croient. Quant au projet de l’iClasse® au primaire, la plus grande difficulté réside dans le soutien technique. En effet, il faut que les techniciens soient davantage sensibles et ouverts aux besoins particuliers de l’école, par un soutien technique approprié. Selon madame Massé, pour implanter la technologie, il faut :

• Un bon accès Wi-Fi;

• Des membres du personnel qui se parlent et se forment;

• Du matériel technologique à la fine pointe;

• De l’ouverture et du soutien.

 Un enseignant de l’école Wilfrid-Bastien a joliment illustré les impacts de l’iClasse® sur la transformation des apprentissages, par cette phrase « À cette école, nous sommes un incubateur d’idées ».

Bref, l’iClasse® est un projet très innovateur qui engage réellement l’élève dans ses apprentissages.

Première publication dans Éducation Canada, janvier 2013

Cet article a été écrit en collaboration avec Yolande Nantel, rédactrice en chef francophone de la revue Education Canada.

 

RECAP - Pierre Poulin, a Grade 6 teacher, was very concerned by his students’ decreasing interest in and motivation towards learning. He therefore designed a class, based on the best educational research, with a more current and engaging teaching approach. After nine years of unrelenting work, he succeeded in creating the iClasse® that he had dreamed of. iClasse® is a permanent educational laboratory, fully dedicated to the student and to teacher education. The originality of this new approach resides in the fact that each student develops his or her own Web 2.0 operating skills and competencies. Moreover, the students from this class themselves become models by giving workshops to a group of seniors from the neighbourhood and introducing them to the Internet.


[1] edcamp, initiative de Pierre Poulin au Québec, est un camp pédagogique où se réunissent des enseignants du préscolaire, primaire et secondaire ainsi que de nombreux éducateurs soucieux de développement professionnel et ouverts à de la formation par les pairs. Les perfectionnements ne sont pas planifiés à l’avance et sont offerts par les collègues présents à ce rendez-vous pédagogique. Cette formule souple et originale, d’origine américaine, connaît de plus en plus de succès et est maintenant répandue à Vancouver, Toronto et Montréal notamment. (http://edcamp.wikispaces.com)